Chargement des événements

« Tous les événements

  • Cet événement est terminé

Manuel de Psychiatrie et de Psychanalyse à usage courant

mai 4, 2015 @ 21:00 - 23:00

“Manuel de Psychiatrie et de Psychanalyse

à usage courant”

Psychanalyse et Transferts Culturels

 lundi 4 mai 2015 21h

Maison de l’Amérique Latine

217, Bd Saint Germain, Paris 75007

Inscriptions souhaitées: psychanalyse@transferts-culturels.com

La publication récente de la cinquième version du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux, à fait couler beaucoup d’ancre parmi les psychanalystes. Le savoir de la psychanalyse concernant la clinique est issu du dialogue avec la psychiatrie. Celle ci, a tendance à oublier la psychanalyse pour ne pas dire la forclore. Ce phénomène est commun en Europe et en Amérique Latine.
 
Responsables du projet et présents à la soirée : Patrick Landman, psychiatre, psychanalyste, président de Stop DSM, Jean-Pierre Lebrun, psychiatre, psychanalyste, Gérard Pommier, psychiatre, psychanalyste, professeur à l’université Paris VII
 
ModératriceDiana Kamienny-Boczkowski, psychanalyste, psychiatre.
Voici l’argument de Gérard Pommier :

“Pour la création d’un nouveau

Manuel de Psychiatrie et de Psychanalyse à usage courant

Le vocabulaire de la psychanalyse va-t-il disparaître des lieux de soins, de l’université, des cabinets médicaux, du langage courant ? C’est une probabilité réaliste, si l’on considère que les classifications inspirées du DSM V ont déjà chassé le langage de la psychiatrie classique et de la psychanalyse d’une bonne part de l’université et des lieux de soins.

Si cette entreprise aboutissait, l’œuvre de Freud deviendrait hermétique aux nouvelles générations. Le résultat en serait l’abandon des repères solides de la psychiatrie. On assisterait à une prolifération de diagnostics erronés, destinés à donner leur extension maximale à la prescription de médicaments. Il est urgent de jeter les bases d’un Manuel à Usage courant, adressé au psychiatre, au psychanalyste, au chercheur, à l’étudiant, au médecin de ville.

Quelle serait la nouveauté de ce lexique ?

1) Cette entreprise serait la première en son genre. Elle sera construite au plan international, avec de nombreux auteurs d’Amérique du Sud. Lorsque la psychanalyse est née, la psychiatrie était déjà constituée. Les nosographies de ces deux disciplines se sont mutuellement enrichies, en dépit et grâce à des pratiques différentes. Les signes cliniques sont les mêmes pour un psychiatre, un psychanalyste, un chercheur, un médecin. Aucun argument scientifique n’objecte à l’établissement d’une classification commune.

2) Il reste un large domaine à ordonner, en particulier dans le domaine des psychoses. Leur multiplicité en psychiatrie n’a pas toujours de correspondant dans le repérage psychanalytique.

3) La définition même du pathologique reste à établir, en particulier en introduisant la notion d’intensité. Toutes les formes cliniques sont compatibles avec la « normalité » en dessous d’un certain seuil.

4) Les formes des symptômes ont évolué selon les époques, et un répertoire des formes actuelles devraient en être fait. De même, de grandes entités aux contours flous font désormais partie du vocabulaire, comme les « toxicomanies », la « dépression », les « troubles alimentaires » etc. Elles méritent d’être ordonnées selon les structures diverses qu’elles recouvrent.

Sur ces bases nouvelles, ce lexique apporterait les informations nécessaires aux cliniciens pour établir un diagnostique correct et proposer un traitement approprié. C’est aussi une invitation à un travail collectif, pour ceux qui veulent s’intéresser à ce projet.”

Détails

Date :
mai 4, 2015
Heure:
21:00 - 23:00

Organisateur

Diana Kamienny Boczkowski
Courriel :

Lieu

Maison de l’Amérique latine
217 Bd. Saint-Germain, Paris, 75007 France
+ Google Map